Si l’on regarde les innombrables recherches relatives aux facteurs du développement scolaire, le renforcement des compétences collectives et la formation continue du personnel sont systématiquement mis en avant.

L’opérationnalisation de ces deux facteurs suppose :

  • la prise en compte des situations très spécifiques des écoles et des lycées,
  • la mise en place d’un dispositif conséquent et ambitieux pour encourager le personnel à initier et vivre d’autres pratiques professionnelles que l’on sait efficaces pour développer et améliorer l’École.

C’est en ce sens que depuis une dizaine d’années, le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse luxembourgeois a accordé de plus en plus d’autonomie aux établissements scolaires pour leur permettre de répondre de manière plus adaptée à leurs besoins. En parallèle, il a été créé en 2017 la division du développement des établissements scolaires dont les principales missions consistent en particulier à créer et déployer un dispositif pour soutenir les équipes sur le terrain dans leurs démarches de développement.

Ainsi, après le lancement du Plan de développement de l’établissement scolaire (PDS) dans les écoles et les lycées, puis la création du poste d’instituteur spécialisé en développement scolaire (I-DS) en 2017, des instituteurs spécialisés en compétences numériques (I-CN) ont rejoint l’équipe en septembre 2020.

Ce sont désormais 42 professionnels, aux compétences et expériences variées, qui se mobilisent au quotidien pour soutenir les écoles et les lycées dans :

  • l’élaboration de stratégies communes ;
  • l’animation des réflexions collectives ;
  • la coordination des activités internes ;
  • l’usage des médias et des technologies numériques au service de la pédagogie.

L’accompagnement direct des écoles et des lycées reste une priorité absolue pour les collaborateurs de la division. Néanmoins, le dispositif national du développement scolaire doit aussi rester dynamique et s’enrichir de manière continue et diversifiée pour répondre efficacement aux besoins grandissants des établissements scolaires (organisation d’événements collectifs, mise en réseau des établissements, veille et recherche scientifiques, création et mise à disposition d’outils de pilotage, partenariats, etc.).

Pour structurer ces nombreux champs d’action, le dispositif s’organise autour de 5 axes de travail sur lesquels sont engagés les professionnels de l’équipe.

Le dispositif national pour le développement scolaire

Dispositif DS

Dispositif DS

Comme le montre depuis longtemps la recherche internationale, ce sont bien les pratiques collaboratives qui naissent au sein même des établissements scolaires qui sont de loin les plus efficaces pour réduire les inégalités de réussite entre les élèves. Que ce soit au Luxembourg ou ailleurs, les initiatives dans les écoles et les lycées qui vont en ce sens sont nombreuses et non moins riches et porteuses.

En revanche, il a aussi été montré que pour éviter de s’enfermer dans une forme de routine qui paralyse ou aussi pour éviter d’être dépassés par certaines problématiques, les enseignants ont besoin d’être accompagnés collectivement par des personnes-ressources externes qui vont les aider à prendre progressivement conscience de leurs atouts, de leurs faiblesses et des opportunités qui s’offrent à eux.

Dans le but de systématiser, favoriser, structurer cette démarche de développement dans tous les établissements, des lois entrent en vigueur cette année pour les écoles et les lycées qui ont dès lors à élaborer et mettre en œuvre un plan de développement scolaire.

Pour ce faire et se donner les moyens de fournir aux établissements un accompagnement de qualité, la division du développement des établissements scolaires propose un dispositif global multidimensionnel autour de 5 axes, en collaboration étroite avec l’IFEN pour ce qui touche le développement individuel.

Axe 1 - Accompagnement écoles

Il est question ici d’assurer un accompagnement sur mesure des équipes et du personnel des écoles fondamentales pour réponde aux besoins spécifiques de chacun, et ce, dans une perspective constructive, participative, en établissant une relation de confiance durable.

Cet accompagnement est assuré par des instituteurs spécialisé en développement scolaire (I-DS) ainsi que par des instituteurs spécialisés en compétences numériques (I-CN).

Axe 2 - Accompagnement lycées

L’objectif poursuivi dans cet axe 2 est de coordonner et accompagner les cellules de développement scolaire ainsi que de soutenir le développement professionnel du personnel des lycées.

L’accompagnement proposé aux CDS vise à favoriser l’émergence de dynamiques réflexives et participatives, clés de voûte d’un établissement apprenant. Cet accompagnement est assuré par un coordinateur, soutenu par 2 autres collaborateurs de la division.

Axe 3 - Evènements collectifs.

Il s’agit dans cet axe d’organiser des évènements collectifs pour favoriser la mise en réseau, les échanges et le développement professionnel du personnel des écoles et des lycées (conférences, séminaires, ateliers, …).

Les rencontres organisées sont une opportunité pour initier des échanges constructifs et des temps de partage d’expériences. Elles sont aussi l’occasion de faire bénéficier les établissements scolaires d’apports d’experts internationaux. Elles permettent en outre de mettre en lumière l’engagement des acteurs scolaires et de valoriser les actions menées. Enfin, elles donnent la possibilité de diffuser de l’information, notamment sur la démarche PDS.

Axe 4 - Outils et ressources.

L’objectif visé ici est de fournir des outils et des ressources dynamiques pour soutenir les démarches de développement scolaire et professionnel des lycées.

Quatre catégories d’outils sont envisagées :

  1. les outils réflexifs, tels que le guide de référence pour le développement scolaire qui permet de situer et d’élargir les réflexions des CDS, le Dashboard DATA qui donne accès en continu aux statistiques des écoles et lycées ou encore le coffre méthodologique qui met à disposition des fiches techniques et des questionnaires thématiques ;
  2. l’outil edvance dédié au pilotage des démarches de développement scolaire ;
  3. un outil de réseautage pour le partage d’expériences ;
  4. un site internet pour l’information, la communication et la mise à disposition d’un panel de ressources (vidéos, articles, dossiers thématiques, fiches techniques, etc.).
Axe 5 - Réseaux et partenariats.

Cet axe renvoie à la collaboration avec les acteurs nationaux et internationaux concernés par les questions relatives au développement scolaire et professionnel.

A un niveau national, la collaboration s’établit notamment entre les différents services du MENJE dans l’objectif de créer des synergies entre les accompagnements respectifs menés. A un niveau international, les réseaux et partenariats se réalisent surtout pour l’heure via le projet Erasmus+ SENS’ed. Ce projet vise entre autres la professionnalisation des accompagnateurs et des experts qui soutiennent les établissements dans leur développement scolaire, la production d’outils visant à favoriser les démarches d’autoévaluation ou encore la capitalisation de ressources (publications et vidéos).

Le plan de développement de l’établissement scolaire

Le PDS

Le PDS

Le Plan de développement de l’établissement scolaire (PDS) est une démarche structurée et cohérente qui concerne toute la communauté scolaire. Il vise à répondre aux spécificités locales des établissements scolaires ainsi qu’aux besoins des élèves.

Dans le but d’instaurer une dynamique de développement continu et de renforcer leurs pratiques innovantes, les écoles et les lycées auront à documenter leur offre scolaire et parascolaire et pourront dessiner les contours de leur propre vision dans leur profil.

Le PDS porte sur une durée de 3 années scolaires et intègre les étapes suivantes :

  1. La présentation et la documentation de l’offre scolaire et parascolaire ainsi qu’un état des lieux de la situation globale de l’École. Cette démarche porte sur toutes les dimensions qui la caractérisent. Les textes légaux indique les domaines obligatoires auxquels l’état des lieux doit faire référence. La documentation et l’analyse réalisées permettent ainsi de dégager les priorités des écoles et des lycées et de développer leur profil (en l’occurrence pour le secondaire).
  2. La définition d’un objectif au minimum qui découle des priorités préalablement dégagées et qui engage au mieux la communauté scolaire dans son ensemble.
  3. Un plan d’action pour chaque objectif précisant les personnes responsables, les ressources engagées, les moyens utilisés, les échéances à respecter et les critères d’évaluation à envisager.
  4. Une évaluation et adaptation continues du PDS en cours.

Au fondamental, le PDS est élaboré par le comité d’école sous la responsabilité de son président, en concertation avec les partenaires scolaires, dont les représentants des parents d’élèves et les responsables de la structure d’encadrement et d’accueil.

Au lycée, le PDS est élaboré par la cellule de développement scolaire (CDS) sous la responsabilité de la direction du lycée et en concertation avec le conseil d’éducation (CE). La CDS est composée de membres de la direction et de membres de la conférence du lycée désignés par le directeur pour une durée de 3 ans renouvelable.

Le président du comité d’école comme la direction du lycée veillent à l’implémentation des décisions prises.

Domaines obligatoires pour l’état des lieux :

A l’école fondamentale et au lycée :

  • l’organisation de l’appui scolaire ;
  • l’encadrement des enfants à besoins spécifiques / particuliers ;
  • la coopération avec les parents d’élèves ;
  • l’intégration des technologies de l’information et de communication ;

A l’école fondamentale :

  • l’amélioration de la qualité des apprentissages et de l’enseignement
  • la collaboration entre l’école et la maison relais

Au lycée :

  • l’assistance psycho-sociale des élèves ;
  • l’orientation des élèves ;
  • l’offre périscolaire.

L’équipe